Archive pour admin

L’État de New York abolit la supervision médicale des IPS

 

L’État de New York vient d’adopter le Nurse Practitioners Modernization Act qui entrera en vigueur en 2015. Cette loi supprime la nécessité d’avoir un contrat écrit entre un médecin et une IPS pour que cette dernière ait le droit de pratiquer. Seules les IPS avec une expérience de moins de 3600 heures de pratique devront continuer de pratiquer sous l’encadrement d’un contrat écrit. Plus de détail ici (en anglais)

Deux papiers du NEJM sur l’avenir de la pratique IPS en première ligne

Le New England Journal of Medicine vient de sortir deux articles très intéressants sur la place et l’avenir de la pratique des IPS (qui aux États-Unis s’appellent Nurse Practitioners ou NPs).

Le premier article, par Donelan et collègues (disponible en libre accès  ici) porte sur les perceptions des Médecins et des NPs par rapport à leurs conditions de pratique, leurs compétences et leurs rôles. Les données montrent un fossé important entre les perceptions respectives de chaque groupe sur leurs compétences et leur apport potentiel au système de soins. Une lecture optimiste des résultats suggère que les MDs et NPs sont majoritairement d’accord entre eux (même si le niveau d’accord est très différent) sur le type de service clinique que les NPs peuvent offrir. Une lecture plus pessimiste montre qu’il existe une polarisation interprofessionnelle très forte sur le rôle que les NPs peuvent jouer dans le futur du système de soins et des conditions de pratique.

Le second article par Iglehart (disponible ici, mais pas forcément en libre accès) est plus analytique et discute du futur de la pratique NPs.  Depuis la sortie en 2010 du rapport de l’Institute of Medicine sur le futur de la profession infirmière, quatre principes centraux, se sont dégagés: Les infirmières doivent pratiquer à la pleine étendue de leurs  compétences ce qui implique l’élimination des barrières réglementaires et historiques, le niveau de formation des infirmières doit être relevé, les infirmières doivent être des partenaires  à part entière (full partners) avec médecins dans la réorganisation des systèmes de soins et finalement les décisions gouvernementales sur le sujet doivent être appuyée sur de meilleures données. Malgré ces principes, les progrès pour permettre une utilisation optimale des NPs  en première ligne restent modestes. L’article analyse de manière détaillée les barrières et les opportunités et, bien qu’il porte sur la situation aux États-Unis, les parallèles avec la situation Québécoise sont frappants

Références:

Donelan, Karen, DesRoches, Catherine M., Dittus, Robert S., & Buerhaus, Peter. (2013). Perspectives of Physicians and Nurse Practitioners on Primary Care Practice. New England Journal of Medicine, 368(20), 1898-1906.

Iglehart, John K. (2013). Expanding the Role of Advanced Nurse Practitioners — Risks and Rewards. New England Journal of Medicine, 368(20), 1935-1941.

Les fiches de recommandation se refont une beauté

Les cinq fiches de recommandation qui sont déjà en ligne ont maintenant une version téléchargeable en PDF beaucoup plus belle et plus lisible. À lire et partager

Cinq fiches en ligne

Le site compte maintenant cinq fiches-conseils sur l’intégration des IPS-PL. Ces fiches constituent un ensemble qui se veut un support aux équipes. Avec la mise en ligne des fiches sur la définition du rôle et sur la collaboration, le site est maintenant considéré comme complet pour sa première étape. Mais nous travaillons déjà sur plusieurs additions.

L’OIIQ publie plusieurs documents sur la pratique IPS

 

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec vient de publier 3 documents importants sur la pratique IPS

Le premier est une mise à jour détaillée des lignes directrices entourant la pratique des IPS au Québec. Ce document propose une description claire et détaillée de ce qu’une IPS peut et ne peut pas faire ainsi que la liste des interventions et des médicaments que l’IPS peut réaliser ou prescrire de manière autonome.

Le second est un mémoire qui propose un certain nombre de recommandations visant à optimiser la contribution des IPS. L’OIIQ identifie dans ce rapport plusieurs obstacles à une pratique optimale des IPS. L’approche règlementaire qui confère des droits de pratique par le biais de listes d’actes et de médicaments aux IPS est remise en question en s’appuyant sur de nombreux exemples d’absurdités administratives. De même, l’impossibilité d’initier un traitement pour des maladies chroniques courantes ou de référer un patient directement à un médecin spécialiste sont soulevés dans la liste des obstacles à une pratique optimale. Ce mémoire est une lecture importante pour tous ceux que la pratique IPS au Québec intéresse.

Le troisième document est un guide détaillé pour aider les milieux de pratique à  rédiger et formaliser l’entente de partenariat entre une candidate IPS ou une IPS et des médecins partenaires. Le guide propose de nombreux thèmes et des questions qui sont fondamentaux à discuter en équipe lors de la planification de l’entrée en fonction d’une IPS ou (c)IPS. Quant à savoir si le développement et d’une entente de partenariat très détaillée et spécifique facilite ou entrave la collaboration la question se pose. Si l’approche par liste pour la prescription est une mauvaise idée (comme le mémoire le montre très bien), alors est-ce une bonne idée de faire de longues listes détaillées dans l’entente de partenariat ?

 

Enfin en ligne…

Beaucoup plus tard que prévu (mais ne vaut-il pas mieux tard que jamais ?) le site ipspl.info va être mis en ligne d’ici quelques heures (jours?)

Ce site représente beaucoup de travail de toute une équipe et j’espère que vous  y trouverez des informations intéressantes.

La section blogue vise à diffuser de l’information en lien avec le déploiement des IPS de première ligne au Québec. Vous avez des idées… communiquez avec nous